Les sites touristiques

Chè yak douèh

C’est une chute qui causa beaucoup de problèmes aux jeunes filles à une certaine époque. En effet, c’est là qu’étaient signé les actes de mariage, nous disons cela parce c’est sur les hauteurs de ces chutes que les filles refusant les maris qu’on leur proposait devait opter soit pour le mariage ou alors voler au dessus des plus de 50 mètres de chute pour s’écraser sur d’énormes rochers à la reception. Du moins l’histoire dit que c’est ce que le conseil faisait gober aux jeunes « recalcitrantes ». Aujourd’hui ce lieu et son histoire ne sont que mythe pour beaucoup, mais pour ceux qui s’y sont déjà rendu, ils comprendront qu’on invente pas une histoire comme celle là. Mais toutefois devenu sacré, l’accès est restreint et nécessite la présence de certaines digités du village.

Whoû belàk

est un énorme rocher (pierre) qui s’étend sur plus de 2 Km. Certains l’estiment plein de richesses non encore exploitées, car en effet, s’il fallait y créer une carrière de pierre, gravier ou de sable, en 20 ans on n’en serait pas à épuiser le 10ème car à part ce lieu, tout le sous-sol Bangoua est riche en rochers. Pour ceux qui empreintent couramment la route Nationale N° 4, ils témoigneront de ces écrits entre la chefferie Bangoua et l’entrée de l’hôpital.

Les Chute de « WHOU BELAK » et « CHE YAK DOUEH » constituent après le musée royal, les sites les plus visités de la région, du fait de leur histoire et de leur ouverture de plus en plus prononcée au public. Cet ensemble peut devenir une destination précieuse mais il faut savoir le vendre ; il a l’avantage d’être situé dans une zone assez atypique de part sa géographie, son relief et son climat.

Ce duo couvre une superficie d’environ 2000 m² dans une savane avec, par endroit, de petites forêts galeries composées de lianes, fougères, arbustes et eucalyptus. La faune est particulièrement riche en biches, rats, boas, perdrix et de varans (spécificité du site). Le cours d’eau qui donne naissance à la chute s’appelle le Nkouck et il arrose tout le village Bangoua.

Nkeûp ngâ ngou

est compilé comme suit : un empilement, des empilements de gros rochers qui finissent par former une grotte gigantesque subdivisée en plusieurs branches. On dit qu’à l’époque de la guerre, elle servait de refuge aux guerriers Bangoua qui devaient se retrancher. Ceci se confirme car l’intérieur n’est pas accessible sans éclairage définissant ainsi une possibilité cachette idéale pour quelqu’un qui est poursuivie et aussi une bonne position de contre attaque. Ce fut donc un lieu stratégique de guerre.

Chiê Chrê

offre un paysage pittoresque créé par des eaux déferlantes qui en saison des pluies, enjambent de grands blocs de rochers formant une série de cascades. Keup Nêh-hû est une grotte à trois étages possédant une source d’eau intarissable au dernier niveau et des espèces animales et végétales rares.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

2 × un =