L´expérience Bangoua partagée au Haut Forum des Nations Unies pour la coopération au développement

Berlin Mars 2014

Berlin Mars 2014DCF Germany High-Level Symposium.
Passionné de l´art et de la culture, témoin privilégié des activités royales à l´étranger , j´ai eu le privilège en Mars 2014 de faire partir de la délégation camerounaise au Haut forum des Nations Unies pour la coopération au développement. DCF High-Level Symposium.

Avec son ouverture à l´international, ses richesses naturelles, ses nombreux atouts qui constituent de multiples attraits touristiques, le village Bangoua a comme objectif de développer des partenariats autour de ses projets et de susciter le tourisme vers les sites touristiques et et palais royal.
Le Forum des Nations Unies pour la coopération et le développement dont nous étions heureux de participer nous a permis de partager nos expériences en matière de développement local participatif mais aussi de mesurer nos responsabilités devant les objectifs du Millénaire pour le développement .

Pourquoi aujourd’hui un regard des Nations Unies sur les collectivités locales et les acteurs locaux ?
En se fondant sur les leçons du passé, les Nations Unies ont compris qu´il est temps de créer un environnement propice à la responsabilité sociale et mutuelle. Qu´il faut dépasser le cadre d´Aide au développement pour une architecture globale construite par tous les acteurs de la coopération. Pendant les deux jours, à ce Symposium de haut niveau, créer par le Professeur José Antonio Ocampo, les propositions diverses ont été faites par les participants au terme des sessions de travail et des ateliers.

La Reine mère Celestine Ketcha Courtes, Maire de la Commune de Bangangté et Ambassadrice des Collectivités locales d´Afrique à l´Union Européenne, porteurs de projets de 06 villages de sa commune, a suggéré au Représentant des Nations Unies que l´efficacité de la coopération dépendra de tous les acteurs d´apprendre les uns des autres. C´est à cette condition dit- elle, que les parties prenantes peuvent s´approprier du processus et créer une confiance mutuelle, un cadre de suivi, et de responsabilité assumée.

En prenant l´exemple de sa commune et de la coopération autour des projets en cours, estimé à plus de 03 milliards de FCFA, la reine mère n´a pas manqué de rappeler aux Nations Unies que la paix et la stabilité du Cameroun est un facteur, une opportunité d´investissement et de coopération, avant d´ajouter que les bailleurs et les porteurs de moyens doivent faire confiance aux collectivités locales et aux chefferies traditionnelles . Proches des populations, capables de changer les mentalités des villageois et/ou des bénéficiaires des projets, les élus locaux et les chefs traditionnels sont porteurs d´une légitimité , d´une confiance aussi forte qu´une institution étatique. Ils sont en charge des problèmes d´eau, d´électrification, de transport, de préservation du patrimoine etc. Il découle clairement, que c´est un honneur pour moi, en tant que prince et représentant du village Bangoua à ce forum de haut niveau, qui m´a permis de mesurer l´importance que les grandes instances internationales accordent aux acteurs locaux et à la chefferie traditionnelle

La position de Bangoua dans développement durable, est une référence au principe clé de la coopération au développement.
Au cours des ateliers , les participants employés à évaluer la façon dont un partenariat mondial renouvelé pour le développement pourrait fonctionner dans la pratique.  Ils ont débattu de la manière dont pourrait être assurées la qualité et l’efficacité de la coopération pour le développement, ainsi que l’examen des étapes clefs à parcourir pour la mise en place d’un cadre mondial de surveillance et de responsabilité, et ils se sont interrogés et ont proposé des voies et moyens permettant d’envisager une nouvelle conception de la coopération pour le développement après 2015.

«Les contributions concrètes et les recommandations que nous avons apportés lors des ateliers de ce symposium de haut niveau, vont aider à la mise en œuvre d´un agenda O MD- Post 2015.» Déclare Martin Sajdik, President of the United Nations Economic and Social Council.
Debangoua Tchatchouang

À propos Webmaster

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

18 + 4 =