web analytics

LE TESTAMENT ROYAL EN TERRITOIRE DJOCK-VUP (BANGOUA) – 1

Le Roi de son vivant confie, dans un testament verbal, le nom de l’héritier du trône aux Neuf Notables (Nkap-Mvieuh’) qui gardent jalousement le secret jusqu’à la mort du Roi. L’héritier, en principe doit être un prince né sur la peau de la panthère (Ze ndep-nguep), ce qui suppose qu’il est conçu au cours des neuf semaines de réclusion au Nlah-Nkwak.
Le fait de confier l’héritier aux Neuf Notables fait de lui un Roi traditionnel par opposition au Chef simplement coutumier de certaines régions, qui peut être choisi dans n’importe quelle famille.
Avant le Décret N° 245/77 de 1977 organisant les chefferies traditionnelles, le choix des Neuf Notables était souverain, sans témoin et sans appel. Ces Neuf sont, en principe, « issus du peuple ». Ce qui implique que le Roi, bien que devant être obligatoirement issu de la famille royale, est choisi par le peuple par l’intermédiaire de ses représentants que sont les Neuf. (Démocratie représentative).

QUI INTRONISE LE ROI BANGOUA?

Contrairement à ce qui se vit dans d’autres Groupements où les Rois sont intronisés par d’autres souverains des contrées d’origine de l’intronisé, à Bangoua c’est MEKAP-NZEU-NTEP qui, aidé de ses pairs intronise le Roi.
Toutefois NZEU-DJACK MBOUOK, membre des Sept Notables, est celui qui confirme le choix du successeur au cours de son « arrestation » par les Neuf. C’est en fait lui qui prend la main du futur Roi pour donner à MEKAP NZEU-NTEP. Une façon de veiller que la lignée soit respectée et que le futur Roi soit effectivement du sang royal.
Ce qui fait de Bangoua un Groupement véritablement « Lepieuh » c’est-à-dire -libre, indépendant- par opposition au Groupement « Ngwuip » qui veut dire -dépendant, fourbe…- Comment se fait-il que les Bangoua intronisent-ils eux-mêmes leur Roi ? C’est une question sur laquelle nous reviendrons dans nos prochaines publications.

LE CHEMIN DU NLAH-NKWAK

L’exemple est celui emprunté par le Roi TCHATCHOUANG en 1978 pour accéder au Nlah-Nkwak.
Les étapes traversées par le futur Roi pour arriver au Nlah-Nkwak
En effet, le Roi TCHATCHOUANG n’accéda au Nlah-Nkwack que le 21 Décembre 1978.

Première étape

De la place publique où il fut « arrêté », les Neuf, avec MEKAP NZEU-NTEP en tête, entrainèrent le futur Roi dans la maison de Djock-Vup (Chasseur de gibiers, il fut le fondateur de la dynastie régnante à BANGOUA), où ils jetèrent des noix de cola sur le sol en hommage au grand chasseur. Le futur roi jura en ces lieux et dit : « Si je fais le mal aux habitants du pays, je le paierai de ma tête. Si je ne respecte pas les Neuf Notables et si je tente de reprendre leurs biens, je le paierai de ma tête. Je ne pratiquerai pas la sorcellerie, sinon je le paierai de ma tête.» Cet engagement fut scellé par le partage du cola et du jujube (Ndedip).

Le Roi BANGOUA après initiation à nlahnkwak et Nlahnkap règne finalement sur le trône…

Deuxième étape

Retrouvailles sur l’axe central avec les Sept Notables, le futur Nkoupouh et le futur Ntè-fôh, direction de la salle de réunion des fils de Rois (Kep-Meloo-Djouh) où le futur Roi et le Nkoupouh subissent certains rites que nous nous réservons de relater ici.
Après ces rituels, le futur roi, son Nkoupouh et son Ntè-fo sont conduits au Nlah-Nkwak. S’y étant et à l’abri des regards, MEKAP NZEU-NTEP donne à manger (Tchoube) à base des nourritures du pays au futur roi et au Nkoupouh.
Sortis de là, MEKAP NZEU-NTEP, en présence de tout le monde fait asseoir le futur Roi et son Nkoupouh sur les troncs de bananier fraîchement coupés, et leur fait avaler le « Mbah » en disant : « Le pays doit être uni en une seule bouche, veillez sur la population. Que Dieu soit avec vous ! »
Il passe à chaque poignet du futur Roi un petit sac en raphia en disant : « Voici deux sacs. Si quelqu’un t’apporte de bonnes choses, mets-les dans le premier et garde-les à ta droite. Si quelqu’un t’apporte de mauvaises choses, mets-les dans le second et garde-les à ta gauche. Ne te fâche pas, tu risquerais de tuer les habitants du pays. Ne prends pas parti dans les palabres, car tu risquerais de mener le pays à sa perte. N’agis pas précipitamment afin de ne pas compromettre l’unité du pays. »
Ensuite le même MEKAP NZEU-NTEP revêt le futur Roi et son Nkoupouh de caps-cagoules et place devant eux deux paniers où il glisse un peu d’argent dans chacun et fait allégeance en appelant le futur Roi « Atcha » (celui qui est au-dessus des autres et le futur Nkoupouh « Pouh-Ngouh » (la main de la panthère). Les autres Neuf font allégeance ainsi que la population venue pour la circonstance en versant un peu d’argent dans paniers.

Enseignement réalisé Mwemboh Mbeuhgouok Docteur Jouonang Lucas.

Views All Time
Views All Time
263
Views Today
Views Today
2

À propos Webmaster

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.