web analytics

EXCLUSIVITÉ 3: UNE SEMAINE AVEC L’UN DES ENFANTS PRODIGUES DE BANGOUA – BANDJEUR Li 1er

Avec plus de 321 visites sur la page de l’EXCLU Nº2, l’équipe ICIBANGOUA a voulu rééditer la danse aux pas d’un autre digne fils Bangoua qui réside au delà des frontières du triangle national.

ICIBANGOUA: Bonjour cher frère! Le peuple Bangoua devenu fan de notre rubrique « exclusivité » a envie de savoir qui vous êtes au juste.

Bandjeur Li 1er: Je suis Bandjeur Li 1er, fils Bangoua né le 30 Avril 1991 à Yaoundé sous les initiaux YNB.

ICIBANGOUA: Juste à la veille de la fête de travail. Donc vous êtes un travailleur acharné?

Bandjeur Li 1er: Je crois que je suis une personne déterminée qui sait ce qu’elle veut et ce qui compte dans sa vie.

ICIBANGOUA: Alors Bandjeur Li 1er, comptez nous votre histoire avec la musique.

Bandjeur Li 1er: J’ai commencé la musique très jeune et déjà, je decouvrais que j’avais un talent dans le domaine quand j’ai adhéré à l’ECEEBA à Bafoussam où j’avais enregistré mon premier titre “peu tap djip poh”. J’ai sorti mon premier album en 2016 que j’ai dedié à mon beau village Bangoua puisque tous les titres sont en langue Bangoua.

ICIBANGOUA: Quel style de musique vous définit le mieux?

Bandjeur Li 1er: Je n’ai pas un style de musique défini. Je compose selon mon inspiration. Pour cette raison, mes chansons sont de genres musicaux variés incluant aussi le Benskin un des rythmes prisés du Ndé.

ICIBANGOUA:
Que véhiculez-vous comme message dans vos oeuvres?

Bandjeur Li 1er:
Mon message reste le même à chaque fois. Celui de prôner l’amour autour de nous. Car sans amour, nous ne pouvons développer que la haine envers les autres. Si nous observons comment évolue le monde autour de nous, nous nous rendrons bien compte de la nécessité incontestable de prôner l’amour comme vecteur principal de bien être.

ICIBANGOUA: Quel matière ou sujet aimez-vous travailler dans vos chansons?

Bandjeur Li 1er: Je traite des thèmes autour de l’union de notre pays le Cameroun. Car étant le berceau de nos ancêtres, il est donc de mon devoir comme de celui de tous les camerounais de penser à l’unité nationale.

ICIBANGOUA: Faites-vous intervenir d’autres corps de métier dans vos recherches artistiques ?

Bandjeur Li 1er: Je fais aussi du cinéma puisque c’est l’une de mes passions.

ICIBANGOUA: Accordez-vous beaucoup d’importance à la finition, à la présentation de vos oeuvres?

Bandjeur Li 1er: Bien évidemment. Car si tel n’était pas le cas, je ne serais même pas dans la musique aujoudh’hui. C’est bien de faire de la musique, mais c’est encore mieux d’y accorder une attention particulière dans les finitions et surtout dans la promotion qui sont deux des phases les plus compliquées et stréssantes pour tout artiste.

ICIBANGOUA: Parlez nous de vos débuts dans la musique? Votre évolution du statut d’amateur à celui de professionnel ?

Bandjeur Li 1er: Cela fait plus de dix ans que j’essaie d’intégrer le niveau professionnel. Je vais être sincère, ce n’est pas du tout facile, comme on dit chez nous: “ce n’est pas et ça ne donne pas le lait”. Mais la vie c’est la patience et une de mes forces c’est d’être patient. Je sais que je reussirais à passer au niveau professionnel très bientôt.

ICIBANGOUA: Pouvez-vous vivre de votre travail d’artiste? Quelles difficultés rencontrez vous dans le monde de l’art?

Bandjeur Li 1er: Je ne vis pas encore de mon art. Au contraire, comme la majorité des artistes amateurs, il faut beaucoup de travail et aussi pouvoir trouver un producteur qui accepte de porter avec vous votre projet et produire votre disque. C’est tellement difficile que je rêve de ce jour comme un tout petit enfant. Mais cela ne me quitte pas la motivation de continuer mon travail de recherche et composition artistique. Pour vivre, j’effectue autre profession. En effet, je suis technicien multi-function, donc tout ce que je trouve je fais. Mais pour l’instant, je suis technician actif en Maintenance et reparation informatique et téléphonique.


ICIBANGOUA: Pour vous, est-ce que l’art est utile à la société ? Quel est le rôle de l’artiste ?

Bandjeur Li 1er: Pour mieux me faire comprendre, l’exemple de la place de l’art pour notre société est pareil aux maisons en terre cuite que nous avons au village. Le maçon qui construit notre magnifique maison est un artiste, de même que le menuisier qui nous fait de beaux meubles. Chaque métier de l’art a son rôle qui concours à rendre heureux la société dans laquelle vit et travail l’artiste dont le rôle est de véhiculer un message ou de créer le bien-être par son travail car l’artiste est un ambassadeur. Je dirais même un prophète.

ICIBANGOUA: Quelles sont vos expériences marquantes tant dans la musique que dans votre vie de tous les jours?

Bandjeur Li 1er: Quand tu crois que tu es arrivé, c’est en ce moment que tu te rends compte que tu n’es qu’au début. La musique demande beaucoup de moyens. Dommage que dans mon village l’on préfère investir beaucoup d’argent pour sponsoriser les miss (sans dévaloriser leur talent) au lieu d’encourager aussi les valeureux artistes comme Demot Forever, Christelle Tambou et bien d’autres jeunes talents qui croupissent dans l’ombre et ne demandent qu’à être soutenus.


ICIBANGOUA: Parler nous de votre récent travail: titre de l’œuvre, d’où est venu l’inspiration, le message…

Bandjeur Li 1er: J’ai du lourd dans ma valise et j’assure ceux qui aiment ma musique que cette fois j’irais jusqu’au bout. Actuellement je suis en studio pour la sortie de mon nouvel album mais déjà je ferais un nouveau single d’ici fin avril 2019 qui est intituler “kwe you nkè”. Mais cette fois ci, c’est un mélange de plusieurs langues bamileké, le francais et un peu d’anglais aussi.

ICIBANGOUA: Pleines de choses en vue pour un jeune dynamique. Beaucoup de courage à vous. Pour conclure, avez-vous un message à la jeunesse?

Bandjeur Li 1er: La vie n’est pas facile. Tout ce qui est facile est dangereux. Il faut se battre sans relâche. La crise est mondiale donc, quelque soit l’endroit où tu te trouves, saches qu’il y a des gens derrière toi qui comptent sur toi. Mais il faut toujours penser à déstresser. Il faut penser à prendre du recul pour mieux sauter, profiter de la vie, se mettre à l’aise afin de développer l’inspiration.
Suivez mon dernier titre qui sort en Avril  » kwe you nkè – manges ton Argent « . Je vous aime et j’espère que vous aimerez mes prochains titres car sans vous l’artiste ne vit pas.

ICIBANGOUA: Merci à vous pour votre temps à nous consacrer. Nous espérons vous revoir d’ici peu.

Bandjeur Li 1er: Je vous remercie ICIBANGOUA. Peu tcheu mepouok.

Views All Time
Views All Time
392
Views Today
Views Today
1

À propos Webmaster

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Oupssssssssss!! Le contenu de ce site est protégé contre les copies. Veuillez nous contacter à info@icibangoua.net