Bepc 2015: Une candidate décède pendant les épreuves physiques

Ramatou Wandja Djankoua, meilleure athlète du lycée de Bangoua meurt lors des épreuves sportives du BEPC.Le 21 avril 2015 aura été le jour le plus sombre pour le lycée de Bangoua et la famille de Ramatou Wandja Djankoua qui perdent leur meilleure sportive de tous les temps et leur fille.

Pourtant c’étaient un jour plein d’espoir, jour des épreuves sportives du BEPC à Bangoua. Rien ne prévoyait une fin si tragique pour cette jeune fille de 16 ans, élève en classe de 3ème Espagnol, qui pas plus tard qu’en février 2015 à rapporté une médaille à son établissement aux cours des compétitions d’athlétisme de l’Arrondissement de Bangangté.

Epreuves_physiques240415500Que s’est-il passé ? Il est environs 15H et on est à l’épreuve de course de résistance. Ramatou a fait une belle course qui a suscité l’admiration de tous. Dans le groupe qui venait après, une fille du Collège Evangélique de Bangoua s’écroule en pleine course. C’est l’affolement. Tout le monde accoure vers le point de chute.

Le Proviseur Nana court vers sa voiture qui malheureusement à une crevaison.On s’affaire pour chercher comment l’évacuer quand on signale une autre fille qui gît sur le terrain. C’est Ramatou, la meilleur athlète que le lycée de Bangoua ait connue.

C’est finalement avec des motos que les deux sont évacuées à l’Hôpital Bangoua. Le proviseur se rend avec le chargé de mission à l’hôpital à moto. Il n’y a plus rien à faire pour Ramatou qui, précocement a rejoint ses ancêtres et son grand-frère dont certaines langues disent qu’il est mort de la même manière.

La nouvelle provoque un choc au lycée. Le proviseur informé du fait que d’autres enfants sont tombés, reprend la route, à moto, toujours avec son chargé de mission derrière l’ambulance.

Au carrefour Kamna, ils sont informés qu’il n’y plus personne au lycée, les derniers cas ayant été évacués à moto.

Au total, en plus de Ramatou, six élèves sont admis à l’hôpital dont deux du lycée, trois de collège évangélique et une du lycée de Batoufam qui ne composait pas à Bangoua. Il semble que certaines infirmières ont choqué, traumatisées par cet événement

Les épreuves ont pu continuer et les examens blancs se déroulent normalement, mais le proviseur a été traumatisé.

Au moment où nous allions sous presse, tous les hospitalisés ont quitté la formation sanitaire, hors du danger.

© Le Petit Piment : ETKA

À propos Webmaster

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

huit − sept =